La santé des nôtres - La Vie des Nôtres du 7.04.2020

jeudi 16 avril 2020 par La vie des notres |

Pour ce neuvième épisode, LVDN propose une émission spéciale, faite dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, avec les moyens du bord. On revient sur les questions de santé, de confinement, et on tente, par delà tout ce capharnaüm, de se donner de la force et du soutient au rythme de nos solidarités et de nos musiques.

Télécharger (mp3 - 127.4 Mo) / Popup

Alors dans un premier temps, on s’est dit, pourquoi ne pas d’abord interroger la santé. Qu’est ce que ça pose pour les nôtres, en termes d’accès au soin, de représentation, ou encore d’invisibilisation, comme le rappelle la première prise de parole de l’émission faite par les femmes de ménage d’un hôpital. Pour ce faire, on a interviewé Nabil, un médecin généraliste à la Case de Santé, un centre de santé communautaire situé à Arnaud Bernard, un des derniers quartiers populaires du centre-ville toulousain.

JPEG - 139.3 ko

« Contrôle d’identité ou contrôle de faciès, t’es broliqué, matraqué, j’vais pas me rabaisser. On va plus s’laisser faire, on a assez subit, vous êtes à l’origine de beaucoup trop de décès ». Bosh

On a reçu une carte postale de l’un des nôtres confiné à Aubervilliers avec sa grand-mère. Puis, dans un deuxième temps, on s’est arrêté sur la spécificité (pas si exceptionnel) de l’état d’urgence sanitaire. Qu’est ce que c’est que cette nouvelle arme juridique ? Apparemment, pas moins que le lointain héritier de la loi d’urgence de 1955 dont il s’inspire. Mis bout à bout, les différents états d’urgence français semblent avoir spécialement été dessinés pour les nôtres. Alors, on ne s’étonne pas de voir une continuité, quoique aggravée, de la répression dans ce sens. C’est pourquoi, on a décidé de vous faire deux montages avec des vidéos glanées ça et là sur internet et les réseaux sociaux, pour mettre en perspectives ces réalités, y penser, et parce qu’on continue de tenir les comptes. Le premier, sur les violences policières et le deuxième, sur les prisons.

Chronologie de l’état d’urgence français :
1955, 1958, 1960 : en Algérie et contre les algériens en France ; 1985 en Kanaky ; 1986 à Wallis et Futuna ; 1987 en Polynésie ; 2005 suite aux émeutes dans les banlieues ; et enfin l’avant dernier de 2015 à 2017 en France.

Dans la nuit du 10 au 11 Avril 2020, Adil, un jeune de 19 ans, est mort à Anderlecht des suites d’une course poursuite. En quelques jours, c’est pas moins de quatre personnes qui sont mortes en France et en Belgique, du fait de la police. Pas de justice, pas de paix !

Enfin, dans un troisième temps, on fait le point sur ce qu’il se passe dans les actuelles colonies françaises. D’abord, avec la lecture du communiqué « Une certaine hospitalité à la française ». Puis, l’allocution d’une personne à Mayotte qui nous livre sa vision du confinement. Et pour finir, un membre de l’émission nous fait le point sur ce qu’il s’y passe et ce qu’il s’y crée.

"Bay fos, pran fos" au son du Ka, à 21h00, tous les soirs, tous les soirs, à 21h00, les guadeloupéens jouent des rythmes GwoKa pendant 15 minutes, histoire de s’apporter de la force pendant le confinement.

On finit cette émission par la lecture d’un communiqué de l’Indigenous Action traduit en français, "Repenser l’apocalypse, un manifeste indigène anti-futuriste".

Télécharger (mp3 - 127.4 Mo) / Popup

Musiques :
Corona – The rythm of the night
Bouga - Belsunce Breakdown
Mobb Deep – Quiet Storm (instrumental)
Hatik – Prison pour mineur
Michael Abels – I got 5 on it (BO du film Us)
Passi – Le maton me guette
Manu Dibango - Soul Makossa
Akiyo - I alé




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.