Quelle terreur en nous ne veut pas finir ?

lundi 12 septembre 2016 par bidonfumant |

Fom jazz to jazz rentrée

Pour une émission de rentrée, il s’agit de toujours avoir de bonnes résolutions. La rentrée c’est pour notre vie professionnelle , militante, en tout cas de ce que l’on pourra faire pour les autres de même que le jour de l’an les résolutions ne concernent que soi.
Donc une émission de rentrée pleine de résolutions, bonnes ça este à prouver mais résolutions.
Je viens d’entendre nous raconter une histoire dont il est le seul sans doute à croire, que si on lui faisait confiance, il n’y aurait pas d’état d’exception, que ce serait… l’état de droit…
Il n’ a sans doute pas entendu ou compris que nous étions sous l’état d’urgence et qu’est ce que c’est que l’état d’urgence sinon un état d’exception. En Belgique, ont ils fait ça ? Sont ils plus en difficulté , A voir.
Donc si la rentrée d’Hollande est out of resolution, celle de jazz to jazz l’est.
Quelles peuvent ses résolutions qui nous font perdre un temps fou : essentiellement être plus vigilant à ce qui se passe à Toulouse et dans sa région. Pour des raisons de voyageur tardif , j’ai raté deux festivals, la poutre et baignade interdite , donc je promets de bien lire mes mails et ensuite , eh bien on verra, pas besoin de décliner un menu trop étroit qui nous empêcherait de divaguer.
Donc pour démarrer en fanfare

Donc pour démarrer en fanfare, cette émission qui est une émission autour d’un auteur et d’un de ses textes qui m’a fait réfléchir un bon moment même avec d’autres avec des titres presque ringards comme voulons nous vraiment l’égalité.
Donc ce soir sur Jazz to jazz quelle terreur en nous ne finit pas , un petit livre dont je vous conseille la lecture édité chez POL, quelle terreur en nous ne veut pas finir ?
Une alternance entre Frederic Boyer parlant et lisant son livre et quelques musiques de rentrée , comme de bien entendu

Télécharger (mp3 - 55.8 Mo) / Popup

Song of rhonabwy RHYs Chatam harmonie de pontarlier Northern Spy NSCD 048 US 2013

Mozambique Archie shepp sea of faces Black Saint ‎– 120002-2, Black Saint ‎– 120
002-2 1993

petits fantômes de la méditerranée Fontaine bernard 2016

Bergfäst / Mountain Haunted ‎– Sjofn Gjallarhorn Northside ‎– NSD6052

Sahara Françis Haynes the 360°degree music experience 1200006-2 black saint 1976

Comment justifier que nos existences puissent se dérouler hors d’atteinte de la souffrance d’autrui et du prisme, même ambigu, de la compassion ? » Frédéric Boyer nous livre une harangue dérangeante, inquiète, excessive, compulsive, emportée, déclamée.
Bref, le cri d’un homme qui ne supporte plus l’indifférence mondialisée stigmatisée par le Pape.
Et surtout les « bonnes » raisons que chacun se donne pour tolérer, expliquer, justifier même les mises à l’écart de « cette très étrange présence humaine » qui appelle pourtant à nous transformer radicalement, étrangers que nous sommes à nous-mêmes, déplacés, errants, fragmentés. Pour grandir, nous « agrandir », il faut nous défaire de notre propre histoire sans pour autant l’oublier, comprendre l’Autre sans pour autant l’englober (Levinas), nous préparer à la multiplicité sans pour autant nier nos différences ni les sacraliser. Sont convoqués les Prophètes, le Christ, Saint-Augustin, Wittgenstein, Shakespeare et d’autres.
Quelle terreur en nous ne veut pas finir ? comme le Plaidoyer pour la fraternité de Abdennour Bidar (Albin Michel, 2015) nous rappellent fort à propos que la laïcité à tout à gagner à s’appuyer sur l’apport des grandes traditions spirituelles en matière « de sens, de partage et d’espérance » (A. Bidar)




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.