un frisson dans la nuit : l’homme qui penche . Thierry Metz

vendredi 21 janvier 2022 par bidonfumant |

Je suis allé à Empalot, j’ai pris le L9 jusqu’à l’Union et lu l’homme qui penche…

L’homme qui penche
Télécharger (mp3 - 140.2 Mo) / Popup

Quand je pointais à l’usine toute symbolique, dans le bus, je lisais de la poésie.
Je travaille bien moins et prend tout aussi moins le bus et la lecture de poésies en pâtit.
Même si j’en lis moins, j’en lis tout de même et même me rappelle de quelques auteurs.
Je me souviens de Thierry Metz et il a une place particulière.
J’ai lu et relu son journal d’un manœuvre


Quand je pointais à l’usine toute symbolique, dans le bus, je lisais de la poésie.
Je travaille bien moins et prend tout aussi moins le bus et la lecture de poésies en pâtit.
Même si j’en lis moins, j’en lis tout de même et même me rappelle de quelques auteurs.
Je me souviens de Thierry Metz et il a une place particulière.
J’ai lu et relu son journal d’un manœuvre

J’en ai tiré une philosophie, le respect du petit du rien, du presque rien, de l’obscur, du sans grade, avant toute chose , comme préalable à toute réflexion, à toute pensée sur le monde.
Dans le hasardeux de mes recherches en médiathèque , j’ai découvert l’homme qui penche et j’ai ainsi appris que quelques mois après sa sortie du centre hospitalier de cadillac, il en finissait avec lui-même.

Je suis allé à Empalot, j’ai pris le L9 jusqu’à l’Union et lu l’homme qui penche…




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.