Karima Lazali et Kaoutar Harchi - Question coloniale

jeudi 22 octobre 2020 par Brasero |

Rencontre croisée entre Kaoutar Harchi, auteure de Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne, paru aux éditions Pauvert et Karima Lazali, auteure de Le trauma colonial, paru aux éditions La Découverte. La rencontre est modérée par Hourya Bentouhami.

Télécharger (mp3 - 80.5 Mo) / Popup

Il est nécessaire de penser le trauma colonial sur plusieurs fronts. L’enjeu de la langue n’est pas des moindres : c’est par l’écriture qu’est notamment véhiculée une mémoire collective. La langue française ne peut alors retranscrire le vécu colonial. Prolongeant les rencontres passées sur les études subalternes, ces deux chercheures dialogueront autour des conséquences de l’oppression coloniale.

Une rencontre qui a eu lieu le 23 janvier 2020 à Terra Nova en partenariat avec le groupe de recherches Transversalités Critiques et Savoirs Minoritaires de l’Université Toulouse-Jean Jaurès.



Commentaires

  • Le 15 novembre à 11h19 par Miraoui

    Je viens de prendre connaissance de votre débat que je considère comme très instructif.
    Effectivement j’ai vécu des situations post coloniales qui me renvoyé à l’histoire colonial de mes parents, je lutte au quotidien pour que l’autre ne m’enferme pas dans une seule identité, une seule langue, une seul histoire.


Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.