Papier machine...

vendredi 24 avril 2020 par bidonfumant |

Le facteur rangement a donc provoqué quelques événements dans ma bibliothèque, dont un des premiers est la surprise de ses dominantes.
D’abord et largement en tête, la part consacrée aux sciences humaines. Peut-être faire un florilège de tous ces bouquins.
Ensuite et ce n’est pas la moindre de mes surprises , la part dédiée à la poésie et aux magazines littéraires.
Bien sûr sans doute , la part dédiée aux romans et romans policiers et de SF devraient être la plus grande mais finalement, ceux sont les livres que nous prêtons et qui à force de tourner ne reviennent plus, ce qui est une excellent chose pour gagner de la place.

Deuxième les revues littéraires dans un sens large ; à cause du vent, hors bord, r de réel, tigre, , la coudée, ccp, revue 17, revue 19, muscle, la revue ficelles, aha, , petite, décharge, le grand os, luna park, on, du nerf, tarabuste, odradek ,dixit ,multitudes, licences, bottom, chroniques du ça et là, gruppen, lexi/textes, nioques, décapage, multipiste, multitude, du nerf, chaoid, fin et quelques autres égarées dans d’autres rayonnages.
Pour cette émission, la place est faite à une revue littéraire dont la découverte est récente et qui pour cela n’en avait aucune.
La revue est belge et se nomme papier machine

PAPIER MACHINE

Télécharger (mp3 - 55.5 Mo) / Popup

Le confinement, à défaut d’autre chose, nous montre à quel point le quotidien pèse dans nos vies.
Tous ces actes qui contraignent nos vies et se répètent ad aeternam, rendent notre animalité encore plus présente.
C’est certainement une bonne chose de savoir notre insignifiance et que nos grands airs dépendent de notre bonne sustentation.
Donc puisque qu’aujourd’hui le je pense, je suis, s’est transformé en je range, je suis et non pas j’essuie. J’essuie aussi, bien sûr, mais avant e ranger. Être dans l’automatisme ne veut pas dire ne pas être rationnel.
D’ailleurs je rationne donc que je raisonne.
ET quand on range, on trouve, le plus souvent ce qu’on ne cherchait pas mais qui nous semble tout à coup à la fois inespéré et enthousiasmant. Et tant pis pour ce qu’on cherchait et qu’on ne trouve pas en gardant un espoir fou qu’au prochain rangement nous trouverons ce que nous cherchions.
D’ailleurs à partir de ce confinement pourrions nous conclure que la vie n’est qu’une recherche foirée où on ne trouve que ce qu’on ne cherchait pas

Así mi vida es una fuga y todo lo pierdo y todo es del olvido, o del otro.
De cette façon, ma vie est une fuite où je perds tout et où tout va à l’oubli, ou à l’autre que je suis aussi, si on se rappelle de ce conte de Borges : Borges et moi.




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.