Nous sommes uniques mais épidémiques

vendredi 14 février 2020 par bidonfumant |

Il attendit en effet la fin des années quatre-vingt pour abandonner son statut d’apatride, obligé qu’il était de régulariser ses papiers d’identité. Son suicide, le 9 février 1994 dans la Seine, est venu comme rappeler non seulement qu’il se considérait comme définitivement « hors la loi », mais aussi qu’il avait toujours dansé sur la corde.

Nous ne voyons personne
Nous voyons parfois quelqu’un
Sinon comme quelqu’un qu’on voit
Du moins comme quelqu’un
Qu’on voit parfois
Parfois nous voyons quelqu’un
Mais en général
Nous ne voyons personne
Quand nous voyons quelqu’un
Nous ne voyons personne
Mais personne ne voit
Qu’en ne voyant personne
On voit toujours quelqu’un…

Télécharger (mp3 - 86.2 Mo) / Popup


Je rappelle que cette émission est une émission ouverte, vous pouvez y dédicacer ce que vous voulez pour qui voulez vous y compris. Plus tard, c’est à dire l’année prochaine, elle sera plus tardive pour inciter les confidences , orises de pari=oen, expérimentation et tout ce qui vous plaira d’y amener.
Pour ce soir une spécial dédicace à ces roumains qui se suicident en se jetant dans la seine et bien sûr à tous ceux qu’on a jeté dans la Seine et notamment ceux du 17 octobre 1961 .
Ces suicidés donc de toute l’époque et les deux Roumains dont un est Paul celan, et l’autre l’incroyable Gherasim Luca.
Quelque fois sont attachés des légendes , mais si celle qui concerne sa mort n’est pas tout à fait exacte. L’obligation qui lui a été faite d’être naturalisé français à 80 ans l’ a tué.
Mais la vérité n’est pas si éloignée de cette légende qui n’est qu’un raccourci.
À la fin des années quatre-vingt, l’atelier dans lequel il vit, rue Joseph-de-Maistre est jugé insalubre par l’administration, et il est alors expulsé et contraint de l’évacuer. Pour obtenir d’être relogé, il doit justifier d’une explicite appartenance nationale ; lui qui se considérait, depuis toujours, comme apatride devra alors se résoudre, contraint et forcé, à être naturalisé français, épousant par la même occasion sa compagne, Micheline Catty, en 1990. Ajoutés au poids des brimades passées et à la hantise des idéologies raciste et antisémite, ce déménagement forcé (dans un appartement de la rue Boyer) et cette obligation administrative l’affectèrent profondément, participant à l’assombrissement des dernières années de sa vie.




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.