occuper la nuit du 4 au 11 avril

dimanche 3 avril 2022 par bidonfumant |

« Journalistes, animateurs, chroniqueurs, reporters, que ce soit sur le terrain de la guerre ou à Paris, au cœur de l’actualité, tous unis et tous solidaires pour l’Ukraine. » Cette annonce de France Télévisions du 4 mars 2022 résume la médiatisation en France des deux premières semaines de la guerre conduite par la Russie en Ukraine. Il ne s’agit plus d’informer, mais de mobiliser. Face à un conflit international, les médias doivent souvent trancher une alternative : détourner les yeux, comme au Yémen, en Palestine, au Donbass, au Tigré, ou mettre en scène les armées occidentales volant au secours d’un peuple opprimé, comme au Kosovo ou en Irak. Cette fois, les acteurs diffèrent.

Et le spectacle a saisi la société tout entière. Du stade Vélodrome de Marseille à la porte de Brandebourg à Berlin, les monuments arborent les couleurs du drapeau ukrainien, tout comme l’application « TousAntiCovid » (le 25 février) et le survêtement des tennismen français qui affrontent l’Équateur à Pau (4 et 5 mars). Le service de VTC Bolt prévient : « Nous reversons 5 % du montant de vos trajets en soutien à l’Ukraine » (2 mars) ; McDonald’s cesse de vendre des hamburgers place Pouchkine à Moscou ; le Comité international paralympique interdit aux handicapés russes de participer aux Jeux d’hiver de Pékin. À Berlin, le club techno Berghain offre la recette de sa première nuit de réouverture post-Covid « à des organisations qui s’occupent notamment des personnes queer en Ukraine » (Berliner Zeitung, 4 mars) et, à Milan, l’université de Bicocca supprime un cours sur Fiodor Dostoïevski afin d’« éviter toute forme de polémique » (Le Figaro, 9 mars) ; aux États-Unis, Facebook autorise à titre exceptionnel la publication par des usagers est-européens de menaces de mort contre les Russes (Reuters, 10 mars) ; enfin, le Washington Post (3 mars) révèle que « la Fédération internationale des chats bannit les félins russes de toutes les compétitions », jugeant impossible d’« être témoin de ces atrocités et ne rien faire". À suivre sur le Monde diplomatique Avril 22


Affichage de l’expo mois d’avril dans les locaux de canal sud

LUNDI

DÉRIVES : un vieux montage improvisé sur une vieille table de mixage de canal sud avec de vieux supports dont certains disparus : deux lecteurs cassettes, deux lecteurs minidisc, deux lecteurs cd et deux platine tourne disc et un micro.
Autour du vinyl polyphonix...

MARDI

Jour 54 de jodolowski
d’après les 53 jours , roman inachevé de Pérec

MERCREDI

Autour de Christophe Tarkos

Hasard de l’aléatoire de programmation qui rencontre l’actualité.
Au FRAC de Marseille une exposition autour de Tarkos...

JEUDI

Phone variation 2 qui succède donc à phone variation, la composition magistrale de Michèle Bokanowski et qui s’appelle sans doute classic Télécom, un montage de plus de vingt ans sur le téléphone .

VENDREDI

Höerspieles tirés des compilations de la muse en circuit
, ici le numéro 2

SAMEDI

Paysages sonores réalisés par des étudiants des beaux-arts qui aujourd’hui doivent approcher de la cinquantaine, un exercice de style par des anonymes, le seul dont je me souviens et Quentin Jouret que j’ai aperçu parfois au bond de la baleine à bosse.

DIMANCHE

La cata
Thchernobyl, les 80 de Jean Schwarz, Horoshima mon amour (extriats)Christofz Penderecki pour les victimes d’Hiroshima, Dagmar Andrtova, little orchestra of disaster and hope




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.