ContreHistoire du 27 août 2022 : DDH ? Liberté ? Egalité ? Fraternité ???

samedi 27 août 2022 par Chronik’Art ou Contre Histoire |

Retrouvons Arthur Koestler, rappelé à notre bon souvenir par Yves Faucoup, dans son blog "Social en question"

Il n’y a pas que "Le Zéro et l’infini" , vite, courez découvrir si besoin est "La lie de la Terre", et "La corde raide" ! ( Pour Le Testament Espagnol, à Toulouse, on connaît déjà, mais sait-on jamais ?...).
Et ne nous arrêtons pas en si bon chemin, cette émission extraite du blog d’Yves Faucoup dans Mediapart nous enrichit copieusement d’autres découvertes encore...
Nous y reviendrons.

Télécharger (mp3 - 89 Mo) / Popup

En pauses musicales, Jean Ferrat bien sûr, et aussi, en "pièces détachées" (qu’on me pardonne !) la belle "Litanie pour l’an 2000" de Gilles Servat qui illustre ces textes de Koestler et d’Yves Faucoup comme si elle avait été écrite en même temps... Elle date en fait "de ces années 70... où l’on sentait tout ça venir"...
"En ce temps il était possible
D’aller dans la rue sans son flingue
Car il n’y avait que les dingues
Qui prenaient les passants pour cible

C’était encore peu répandu
Quand on descendait à sa cave
De trouver vingt surhommes très braves
En train d’violer une inconnue

On pouvait circuler en ville
Sans peur, sans fouille systématique
Sans recevoir des coups de trique
De la part d’un vigile viril

Je garde en moi le souvenir
En ce mois de mai 2010
De ces années soixante-dix
Où l’on sentait tout ça venir

Le couvre-feu n’existait pas
Les lumières brillaient dans la nuit
On sortait bien après minuit
Car l’énergie nous manquait pas

Y avait encore des rossignols
Qui chantaient par les nuits d’été
J’avais pas d’masque sur le nez
L’oiseau tombait pas en plein vol

Il existait des grands chemins
Que les bandits fréquentaient guère
Aujourd’hui on croirait la guerre
Les embuscades au petit matin

Je garde en moi le souvenir
En ce mois de mai 2010
De ces années soixante-dix
Où l’on sentait tout ça venir

On avait encore une adresse
Pas de loisirs obligatoires
Pas de télé obligatoire
Et pas de matricule aux fesses

On pouvait prendre pour confesseur
Sa femme, son enfant, sa sœur
Sans être sûr d’ouvrir son cœur
Au ministère de l’Intérieur

Et même se regarder en face
Sans s’demander si c’est un flic
Si c’est soi-même ou un indic
Dont on voit les yeux dans la glace

Je garde en moi le souvenir
En ce mois de mai 2010
De ces années soixante-dix
Où l’on sentait tout ça venir

Il restait les derniers pavés
Il n’y avait que les maisons
Les trains, les cars et les avions
Qui avaient l’air conditionné

On avait encore le droit d’grêve
Et le cerveau en liberté
Machin avait pas inventé
La machine à lire les rêves

Avant qu’le siècle ne s’achève
Nous avons vaincu le cancer
Mais on ne meurt pas moins qu’hier
Les suicides ont pris la relève

Je garde en moi le souvenir
En ce mois de mai 2010
De ces années soixante-dix
Où l’on sentait tout ça venir




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.