Chronique à MER #13 - Des langues et des frontières |1

samedi 14 mai 2022 par Brasero |

Dans cette émission, on parle de langues et de frontières. Parce que dans l’AlarmPhone et ailleurs, les langues nous permettent de communiquer, d’échanger, de s’organiser. Elles sont un outil indispensable de nos luttes transnationales alors que paradoxalement, elles participent du système de frontières.

Télécharger (mp3 - 54.2 Mo) / Popup

Comment l’usage des langues participe au système des frontières ? Comment l’usage des langues reconduit des frontières à l’intérieur de notre réseau ? Et comment on lutte avec ces langues, dedans, à côté, ou contre, avec toutes et tous nos camarades, même sans langue commune, même quand les langues qu’on utilise sont des langues coloniales.

Des éléments de réponse depuis le point de vue AlarmPhone, des voix de camarades du Sud et du Nord de la Méditerranée, ou encore un récit de permanence téléphonique.

Et encore une fois, on vous propose d’explorer la thématique en deux parties. Bienvenu·es sur ’Des langues et des frontières’, partie 1.

Bonne écoute !

Et pour la musique de ce podcast... Liberté de Soolking feat. Ouled El Bahdja et l’instrumentale PNL x Soolking Type Beat

Pour en savoir plus sur l’AlarmPhone et les politiques de frontières maritimes européennes, vous pouvez consulter le site d’AlarmPhone et celui de Watch the Med.

Pour nous contacter, vous pouvez écrire à : chroniques_a_mer@riseup.net




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Chroniques à MER

Chroniques à MER c’est une chronique réalisée par des membres du réseau AlarmPhone, une hotline auto-gérée par des activistes 7/7- 24/24 depuis 2015, pour soutenir les appels des personnes qui sont en détresse sur la frontière méditerranéenne, exiger (...)