Saisons de Jean Claude Millot

publié le 1er mai 2010, par bidonfumant |

Mon travail se fonde sur le rapport dialectique de deux notions : l’art et l’être au monde.

A la question qu’est-ce que l’art ? Je répond : l’art n’existe pas, c’est une valeur. Pour poursuivre la réflexion j’interroge l’activité ;

toute activité humaine à une fonction, l’art a donc, elle aussi une fonction... encore faut il que cette fonction soit spécifique. L’art exemplifie. Ce n’est pas l’exemple qui fait art mais l’acte. Un geste, une action qui reste en suspens dans une manière de faire ... art. A ce niveau d’analyse, je devrais parler d’esthétique, mais je me trouve de nouveau confronté à une question sans réponse. Je préfère donc parler de cohérence entre les moyens mis en oeuvres pour exemplifier et l’exemplification. Ce choix m’offre, en même temps qu’une possibilité d’analyse critique du travail, la possibilité de trouver une donnée caractéristique de cette activité : Je ne connais aucune autre activité humaine se donnant pour objectif de mettre en boucle le percept et le concept.

La question de l’être au monde ne constitue pas un concept. Elle est un point de fuite pour ma démarche. J’approche cette notion en considérant la question du monde. Le monde n’est pas le réel, mais une réalité qui s’est fabriquée autour et en moi. Comment je fabrique mon monde, mes mondes ! Comment je maintiens une cohérence... Comment j’acquiers la sensation d’exister dans et par ce monde. Le concept que je manie repose sur l’imprécise notion de symbole. L’imprécision de cette notion m’intéresse ; elle témoigne de nos différentes manières d’envisager nos réalités.

Cette réflexion ne s’est pas posée comme parti pris préalable. Elle est le produit d’une praxis qui a commencé à se formuler clairement lors de la préparation de l’exposition “corps liquide/corps solide”. Nous avions formé un groupe de préparation réunissant scientifiques, philosophes, psychologues et artistes. Nous avions réuni, autour de la notion de corps et des perceptions de liquidité et de solidité, un ensemble de mondes hétérogènes. A cette époque, travaillant sur le sel, je choisi l’idée “dissolution/cristallisation” comme axe de travail et chercha à mettre en oeuvre un processus. Quand le travail fut terminé, je me rendis compte que j’avais mis en oeuvre une machine à fabriquer des symboles. Je n’avais pas fabriqué un symbole qui aurait désigné autre chose mais bien une chose ou les symboles se combinaient, se renvoyaient des mondes.

Depuis, mon travail commence par une rêverie, par un jeu avec des choses : des objets, des matières qui appartiennent à l’univers quotidien. Elles sont choisies par une sorte de hasard conscient. Je garde plus facilement l’objet qui se prête à mes jeux ; le jeu préside !

De ce moment, je ne garde que deux ou trois éléments qui sont devenus pour moi des reliques de mon passé proche mais qui par leurs banalités peuvent appartenir à l’univers de chacun.

Je les décline, via différentes techniques, souvent sur un support papier. Puis je cherche une combinaison entre ma production et une matière... Une matière qui appartient à une mémoire commune, qui puisse être plus qu’un simple support, qui participe à la naissance d’une chose.

Je poursuis mes jeux en fonction de l’espace d’exposition. Je conçois l’espace d’installation comme un grand support où mes objet/signes doivent s’organiser comme si c’était un tableau. Je m’invite à m’y promener et à y chercher l’apparition d’images fugaces... J’orchestre une polyphonie de sens.

Dans mes jeux, revient régulièrement, l’idée de plan : une surface d’inscription, de transgression... une surface sensible. Un plan qui est peut-être, pour moi, ces “coupes” effectuées dans le corps du monde. Une coupe horizontale, conceptualisation du monde produisant dessins, schémas, plans... et une coupe verticale, perception du monde, producteur d’images du monde... de tableaux. Mon travail devient alors travail de peintre, d’interrogation de la peinture et de re-visitation de l’histoire de l’art et de ses pratiques.

• 2009 : L’art en gare - Exposition collective – Colomier reporter à l’automne 2009 • 2008 : Exposition personnelle – Lesalonreçoit - Toulouse • 2007 • Frémissements - Exposition personnelle au zigloo, à Paris • "A bras ouverts" - Participation à une rencontre autour de la danse contemporaine - La française (82). • 2006 • Autour d’Apollinaire - Exposition collective - Galerie municipale - Carbonne (31). • Saxa Luquuntur - Rencontre européenne autour de la lithographie - Marcilhac sur Célé. • 2005 • Inopiné - Exposition personnelle - Installation de dispositifs en la galerie Weissen See Berlin. • Qui suis-je ? - Exposition personnelle - Lesalonreçoit - Toulouse. • 2004 • Unter Tage - Exposition collective - Galerie Burg Klemponow - Allemange. • 2002 • Art Dyne - Exposition collective - Cugnaux (31). • Un espace, collectif - Manifestation annuelle d’art contemporain de La Grande Motte. • 2001 • Fortuna - Exposition collective - Weekend Galerie - Berlin. • Kunstein - Exposition collective - Galerie Burg Klemponow - Allemange. • Plein air - Symposium de lithographie - Pulow - Allemagne. • Salon exposée : Un salon de la mairie en tant qu’objet exposé - Cazères sur G. (31) • symposium de sculpture franco-burkinabé - Bobo Dioulasso - Burkina Faso. • Saxa Luquuntur - Rencontre européenne autour de la lithographie - Marcilhac sur Célé. • Absurde - Exposition collective - Atelier Sophie Handschütter - Toulouse • 2000 • Parcours choisis - Exposition collective - Galerie municipale - Carbonne (31). • Le sel - Exposition personnelle - installation - Lesalonreçoit - Toulouse. • 1999 • Corps liquides, corps solides - Exposition collective du GRA - MJC Roguet - Toulouse. • Masculin féminin - Exposition collective de l’ARAC - Maison Galy - Rieux Volvestre (31) • Lettres et signes - Exposition collective - Bibliothèque et galerie municipale de carbonne. • A la plage (collectif d’artistes)- Exposition d’inauguration - Toulouse. • Le livre - Exposition collective - Lesalonreçoit - Toulouse. • Animalis - Exposition collective - Bibliothèque et galerie municipale de carbonne (31). • Création du groupe ARAC - et du mensuel "voix de garage". • 1977 • Toi l’unique- Performance de huit artistes autour d’une proposition de Castagnou - Lesalonreçoit - Toulouse. • Vox Populi Vox Dei - Exposition personnelle - Canal Sud - Toulouse. • 1996 • Quel temps fêtons nous ? - Exposition du collectif contretemps - Centre culturel Bonnefoy - Toulouse. • Présent antérieur - exposition personnelle - Galerie "Espace Anda" - Toulouse.

Vit et travaille dans la région toulousaine. Depuis 2003, effectue régulièrement des séjours de travail en Allemagne.

Naissance en 1948 à Paris. Effectue des études d’horticulture et d’art des jardins à l’école Du Breuil. Employé à l’INRA (versailles) en tant que dessinateur, il suit une formation professionnel jusqu’au niveau BAC+2 et reçoit la responsabilité du laboratoire de traitement d’images. En 1990, il se consacre entièrement à la création artistique et s’installe à Toulouse où il rencontre de nombreux jeunes plasticiens. Il fonde l’Association Pluriel et crée un BAFA Arts Plastiques. Il Commence à exposer en 1995 (galerie Anda, Banal…). Il rencontre des artistes allemands, Ute Gallmeister, Achim Niemann…, qui l’enrichiront dans ses recherches.

Contact : Jean Claude Millot 44, rue Victor Hugo 31220 – Cazères sur Garonne.

Port : 06 32 61 42 47 Email Blog





Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.