que pèse le bruit d’une vitre qu’on brise Abdelmajid Kaouah

publié le 13 avril, par bidonfumant |

Au Récantou, épicerie paysanne, rue des 7 troubadours

Toute la désolation que je peux exprimer n’y changera rien, cet enregistrement à un son catastrophique.
Bien sûr, je pourrais invoquer le bruit féroce des chambres froides du Récantou, mais il s’agit ici surtout de ma désinvolture. Installation habituelle avec les quelques automatismes qui garantissent le bon enregistrement.Un essai quand la salle est pleine (et peut-être à ce moment-là, les chambres froides se sont tues).
Je lance l’enregistrement et je m’installe au fond de la salle. Et là, je me rend compte qu’il faut sacrément accommoder pour entendre.
Trop concentré pour entendre et sous la magie de la poésie de Majid, j’oublie que le micro est une machine et qu’il ne sait pas accommoder et en mode auto, ça ne pardonne pas.
Donc, je vous livre cet enregistrement , équalisé avec les moyens du bord (les moyens de chez moi) et j’essaierai de le retravailler avec de meilleurs outils.
que pèse le bruit d’une vitre qu’on brise Majid Kaouah au Récantou

Télécharger (mp3 - 65.4 Mo) / Popup

Et par curiosité, une émission de canalsud consacrée à ce livre et à la poésie algérienne.





Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.