Les facs bientôt en dépôt de bilan ?

lundi 3 février 2014 par Grégoire S. |

Télécharger (mp3 - 51.3 Mo) / Popup

Que se passe-t-il encore dans les facs de France ? A l’université de Versailles-Saint Quentin, on parle de cessation de paiement, à Montpellier, la présidente de l’université annonçait en début d’année ne pas pouvoir accueillir tous les étudiants en licence, faute de moyens, et menaçait de fermer le pôle universitaire de Béziers.

A Toulouse aussi, la situation est difficile. A la rentrée, les étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques craignent des augmentations de frais d’inscription après le vote d’un budget mettant à contribution les étudiants. La direction, faute de moyens, en est même réduite à appeler ses anciens diplômés à donner de l’argent pour financer le déménagement de l’université. L’université du Mirail n’est pas en reste avec le vote fin décembre d’un budget qu’on pourrait allègrement qualifier d’austère tandis que les travaux de rénovation des locaux sont confiés à la multinationale Vinci.

Même la très prestigieuse Conférence Nationale des Présidents d’Université s’alarmait à l’automne dernier déclarant que "la situation financière des universités s’aggrave inexorablement d’année en année" en ajoutant : "la situation pourrait bientôt devenir intenable pour la majorité des établissements".

Et au milieu, restent les étudiants qui tentent autant qu’ils le peuvent de se mobiliser pour parer à ce lent processus de dégradation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France.

Invités : Mylène et Rémi, étudiants du Mirail en lutte et membres de Solidaires-Etudiant-e-s.

Musique :
Ana Tijoux - Shock
Les Cow-Boys Fringants - La Manifestation




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.