Pour Nadedja Tolokonnikova

vendredi 26 janvier 2018 |

DANS LES RÉSINES TU T’APPELLES VOYAGEUSE !
43 DANS LES RÉSINES TU T’APPELLES ORIENT NOIR !
44 DANS LES RÉSINES TU T’APPELLES ABRAHAM VORIAGUINE !
45 DANS LES RÉSINES TU T’APPELLES MIRAGE !
46 SILENCE NOCTURNE AVANT LE VOYAGE ET RIEN D’AUTRE !
47 SILENCE NOCTURNE AVANT LE RAVAGE ET RIEN D’AUTRE !
48 RAVAGE, BRISE, ENTRE DANS LES RÉSINES, ÉTEINS-TOI !
49 FUMÉES NOIRES, PLUIES NOIRES, SILENCE NOIR, ET ENSUITE :
NITCHEVO !
50 DANS LES RÉSINES TU T’APPELLES SILENCE FINAL !
Maria soudaieva

Pour Nadedja Tolokonnikova
Télécharger (mp3 - 112.4 Mo) / Popup

La semaine dernière, le 23 septembre Nadeja tolokonnikova entamait une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détentions dans le camps n°14 de Mordovie.
Elle a écrit une lettre et cette lettre et l’argument de ce soir.
On entend tout et n’importe quoi sur cette performance des pussy riot dans une église de Moscou et sur le groupe Voina qui veut dire (en guerre).
Moi ; la première fois où j’ai vu la vidéo de cette action des pussy riot, c’était au palais de tokyo, à Paris lors de je ne sais quelle manifestation artistique , un écran posé là, en haut d’un escalier, comme quelque chose en plus que l’on aurait oublié, on entendait ça.
Bien sûr, au palais de tokyo, il devait y avoir un texte ou je ne sais trop quoi qui précisait que ces filles étaient destinées à la prison.
Mais bon, tout ça est abstrait comme l’art en général.
Il me paraît tout de même intéressant de revoir la copie d’une histoire qui a même réussi à faire les titres d’une presse people. Je vous engage à fouiner sur internet, on vous dira que les pussy riot ont été manipulées, que nadeja Tolokonnikova désavoue le soutien de son mari et toute cette sorte de choses qui abreuvent la presse poubelle.
Reste l’action, ou les actions de Voina qui ont certes une dimension artistique et surtout une dimension politique.
Il s’attaque à l’ordre établi, à l’ordre politico privé de Poutine, ce qui peut faire dire à une ministre de la culture Aurore filipetti : « Ce qui leur est reproché est ni plus ni moins d’avoir librement exercé leur art », déclare la ministre française, dans un communiqué. « A travers elles, c’est la liberté de création des artistes qui est mise en accusation », souligne Aurélie Filippetti.« De tout temps, la création a connu une indispensable dimension provocatrice. La liberté de création est aussi la liberté de critiquer le pouvoir en place. C’est la force d’une démocratie que de savoir accepter cette licence artistique et de protéger les artistes qui l’exercent », ajoute-t-elle.« La ministre de la Culture et de la Communication appelle les autorités russes à respecter ce principe de liberté sans lequel aucune création n’est possible »,

Dont acte Mme Filipetti, reste que je m’interroge sur la réalité de ce que l’on dit de “l’indispensable dimension provocatrice”. Je me demande quelle serait la réaction d’un Manuel valls et peut-être même de Mme filipetti si pour récupérer un ballon (c’est l’élément humoristique de la performance du groupe voina) coincé sous une voiture de police, celle-ci était retournée, si une bite géante était dessinée en face des bureaux du ministre de l’intérieur, si l’on organisait une orgie au musée du quai branly, ou organisait un concert punk franchement anti religieux dans une église, une synagogue,voire une mosquée. Je crois même que comme en Russie, il est prévu pour ce genre de sacrilège 7 ans de prison (les manifestations contre le mariage pour tous me font penser que le terrain est favorable et comme ne me dise pas qu’ici, il n’est pas nécessaire de dénoncer les agissements de l’église).

Loin de moi de trivialiser ces actions ou de montrer qu’il est légitime de les condamner (vous vous en doutez bien) mais juste montrer s’il est nécessaire que ce sont avant tout des actions politiques qui visent à dénoncer le monde dans lequel nous vivons où nous pouvons dire et faire ce que nous voulons mais dans certains lieux institutionnels et d’une certaine façon, dans le sens où l’art justifierait tout et banaliserait la portée politique. Parce que ce qu’ont fait les pussy riot, nous le faisons ici chez nous mais dans des musées, des théâtres, mais rarement dans la rue et certainement pas dans des lieux d’aliénation.

Disons que la réalité politique d’ici et autre que la réalité de là-bas, c’est certainement vrai, mais de plus en plus à condition d’être blanc, laïc et travailleur et de pas en vouloir aux caméras de surveillance…

Peut-être qu’après tout et le gouvernement devrait y réfléchir, les occupations précaires des roms ne sont qu’une performance plastique dont nous avons encore du mal à définir les contours , encore un effort Mme filipetti, et on arrivera à foutre la paix aux roms, seuls performers de rue qu’ils nous restent.

D’ailleurs, c’est à ce titre qu’apparait le terme anarchiste pris au sens des médias comme un degré zéro de la politique, le bordel pour le bordel. Non pas anarchie au sens d’une pensée sur le monde.
Et là Keskia une membre du groupe voina explique ce qu’il y aurait à en dire.

Ce qui reste, c’est que les membres de Voina se font allègrement condamnés et que le pouvoir utilise toutes les manipulations possibles pour briser cette résistance ne serait ce qu’en condamnant deux pussy riot sur trois et ce qui engage Nadeja tolokonnikova a entamer cette grève de la faim pour continuer à dénoncer ses conditions de détention.
Donc ce soir l’émission lui est dédiée ainsi qu’à maria Alhekina qui vient d’arrêter sa grève de la fin et Ekatarina samoutsevitch qui a été libéré mais ne lâche pas pour autant la lutte.

Il me reste une remarque à faire qui s’impose à moi en faisant cette revue de presse qui me désole et dont je suppose que Nadaja tolokonnilova n’y est pour rien (n’oublions pas que ce sont des féministes et qu’elles dénoncent la monstration des femen et l’utilisation de leur physique).
Nadzeja tolokonnikova est une belle femme suivant des critères esthétiques de magazine de mode, elle n’y peut rien , elle est comme ça. Regardez bien toutes les images que vous aurez d’elles dans la presse, elles viennent de son procès, elle pouvait encore se maquiller , se laver simplement les cheveux, elle pouvait aussi dormir. Bien sûr , il y a les grilles , mais le jeu du clair obscur et bien d’autre chose, qui ressemble à cette photo de cette célèbre française emprisonnée au Mexique, belle malgré l’adversité.
Je ne ferai pas plus de commentaire que ça, chacun fera son enquête , mais je dois louer alors que je viens de me désabonner de mediapart , mediapart justement pour la contextualisation de l’écriture de cette lettre et surtout pour les photos qui l’accompagnent. Pas de Nadheja en clair obscur, en trois quart mais une photo peu contrasté, de face avec une veste de camp sur le dos engoncé dans des accumulations de vêtement due au froid.Elle est assise , un foulard en tissu grossier sur la tête, devant une double porte de bureau qui marque l’enfermement réel et symbolique . cette photo existe, elle vient de l’intérieur du camp 14, je suppose que ce n’est pas une exclusivité de mediapart . mais ce n’est celle qu’ont choisi les medias en place. Pourquoi, j’ai tellement de réponses que j’en suis désolé.
Ce qui fait dire que le monde est tout ce qui arrive malheureusement.

Word - 227.1 ko
lettre de tolokonniva



Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La petite fabrique sonore

Une plongée dans quelques éléments de programmation de la nuit sur canal sud depuis 1986 Pour retrouver les musiques et illustrations de cette émission 49.3