Le pavillon sauvage

mercredi 26 février 2014 par bidonfumant |

Pour les excellents concerts que j’ai pu voir au Pavillon sauvage
Pour l’accueil, pour l’appropriation facile de ce lieu
Pour le prix de sa bière
Spécial dédicace au pavillon sauvage et aux enfants sauvages de Toulouse

Télécharger (mp3 - 143.8 Mo) / Popup

En fait ce soir , parce que j’aurais dû le faire depuis longtemps et parce que à force de passer de la musique bizarre, il fallait que je parle de ce lieu. De faire la spéciale dédicace que je ne fais jamais. Un lieu que je qualifierai de courtois, mot un peu suranné sans doute mais qui renvoie à un état d’esprit celui du calme et du respect de l’autre non pas de l’autre mais de la différence de l’autre , car nous sommes tous différents dans ce lieu et ça n’a aucune importance. Un lieu transcendental , sans fioriture où tout le monde est un chaman qu ne cherche pas à se rendre maître du chaos mais qui tout simplement veut expérimenter le chaos.
Je vais donc plus ou moins régulièrement dans ce lieu, étonné d’y voir tant de différences assumées assimilées et ensemble. Prenez les filles par exemple, ou je sais, c’est pas bon , mais bon regarder les murs , je trouve que ça fait trop autiste. Donc je regarde les filles, pas de plan foireux, trop jeunes pour moi, et il n’y a pas que le sexe dans la vie, il y a ……..le sexe bien sûr et les aventures culturelles décoiffantes.
Donc, les habillements et looks vont dans toutes les directions de la punkette à robe à carreaux et bas filés sur doc marteens, à la débridée totale, je sais pas la décrire, à la maraichère écologiste à espadrille jusqu’à la midinette coupe au carré , pantalons moulant et escarpins. Pour les mecs , c’est pareil, moi, malgré mon âge , j’ai un truc à capuche de l’adolescent international, d’autres ont une veste noire ou un vague blouson de cuir ? Tout ça allègrement boit de la bière à un prix improbable en ville.
Et puis il y a la musique, j’y ai à peu près tout entendu, du hard core de tous les pays du monde, du grind, du punk, du jazz rock, de la musique improvisée , du bruit, de l’acoustique des machines, un soir même j’y ai vu Gianni Gebbia et un concert extraordinaire avec piano et tout le tintouin. Et puis les longues dérives de marko et du Ka.
Bref étonnant , un endroit où on vous dit pardon quand on vous bouscule, non par condescendance, politesse tapageuse, civilité absurde, non c’est simplement dit et c’est tout.
En tout cas voilà ce que je ressens, c’est peut-être très éloigné de la réalité, de leur réalité.
Toute subjectivité est bonne à prendre.
Donc ce soir spécial dédicace au pavillon sauvage, d’ailleurs et je peux vous dire que parfois le pavillon est mis à rude épreuve.
Nous entendrons donc du bruit , de la fureur quelques textes s’ils arrivent à surnager sur le volume sonore ; vous n’avez pas à vous boucher les oreilles, la radio oblige à la maitrise des volumes, mais bon, ce sera quand même le pavillon sauvage.
Longue vie aux pavillons sauvage et longue vie à l’expression sauvage, la musique sauvage et toute cette sorte de choses à condition que les choses soient sauvages.

Word - 40 ko
Word - 40 ko



Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.