L’école pour les enfants des quartiers populaires ? On ferme !

mercredi 11 janvier 2017 par Radio Ed |

Comme dans la santé, l’austérité touche l’éducation. Il faut faire des économies ? Il faut réduire le déficit public ? Se serrer la ceinture ? Allez, on n’a qu’à fermer des hôpitaux, des écoles, des collèges. Pas grave, pour ceux qui pourront, il y aura le privé !
Bizarre, c’est toujours sur les mêmes que se font les économies : les classes populaires et pour ce qui nous occupe, leurs enfants.
Alors on discute aujourd’hui avec des parents, des enseignantes, des anciens élèves, du projet de fermeture des collèges Reynerie euh.. Badiou et Bellefontaine.

Télécharger (mp3 - 139.9 Mo) / Popup


Commentaires

  • Le 12 janvier 2017 à 04h56 par Josiane

    La logique de l’économie de moyens n’a pas sa place dans l’École. Fermer des établissements scolaires, là où on en a le plus besoin, c’est affirmer le mépris qu’on a pour les gens qui y habitent, comme l’explique si bien ce jeune lycéen. On n’informe pas, on ne demande même pas leur avis à ceux qui vivent dans ce quartier. Non, ces collèges – et ceux qui y ont travaillé comme ceux qui y ont étudié peuvent le dire – ne sont pas des ghettos. Au contraire, que les élèves d’autres quartiers y viennent, ils auront la chance de croiser là encore plus qu’ailleurs, des équipes motivées..

  • Le 24 janvier 2017 à 12h22 par Nicole CREMEL -Educatrice retraitée - ATTAC - DAL - AFPS - Solidarité Laïque (...)

    Enfants non scolarisés = proies pour le FN
    L’éducation est la base indispensable de notre démocratie en péril, défendons-la
    Nicole


Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.