Avortement, le parcours de la combattante #fdl du 27.01.2014

lundi 27 janvier 2014 par Le soldat inconnu |

Nous commençons l’émission avec un ami de Philippe Lalouel qui nous parle de ce procès qui aura lieu jeudi 30 et vendredi 31 à Montauban, nous en reparlerons plus longuement lundi prochain.
Retour sur l’offensive réactionnaire en Espagne avec une camarade de Valencia, mais aussi sur les limites actuelles ici et ailleurs au droit à disposer de son corps et de sa vie. Même légal l’avortement en France est un parcours de combattante. Retour sur la réalité avec Alice infirmière et Sigrid membre du Planning Familial.

Télécharger (mp3 - 122.9 Mo) / Popup

L’Interruption Volontaire de Grossesse c’est la liberté de chacune de décider de sa vie et de son corps. Tout le reste n’est que propagande. Pour que l’avortement soit réellement libre il faut que tout soit mis en oeuvre pour que cette liberté de choix puisse être une réalité partout, tout le temps et pour tout le monde.

Nous reviendrons lundi prochains sur le procès de Philippe Lalouel plus d’info par ici.

Philippe Lalouel est entré en prison à 19 ans, en 1986. Blessé au cours d’un braquage, il a reçu une transfusion de sang contaminé au VIH avant d’être incarcéré. Il s’est alors évadé plusieurs fois pour ne pas mourir du sida en prison. Pendants ses courtes cavales, il a volé pour survivre en clandestinité. En 1995, il a été condamné à 30 ans de prison, l’équivalent en droit dune perpétuité, pour ces différents vols. En 2009, après avoir purgé 23 ans de prison, dont 10 à l’isolement, il sort sous le régime de la liberté conditionnelle, sans aucun suivi. Il est astreint à résidence dans un village perdu de Haute-Garonne où il ne connait personne. Son patron, subventionné par l’Etat, le paye une misère et le loge dans une cave. Il est isolé, sans le sou, inadapté à un monde qu’il ne connaît plus. Alors il finit par voler de l’argent dans des agences postales, avec une arme hors d’usage. Pas de violence, des sommes dérisoires. Il est vite arrêté. Beaucoup de longue peines dans sa situation se suicident. Lui a volé, et la cour d’assises de Toulouse le condamne à "une peine d’élimination sociale", pour reprendre les termes du procureur : 20 ans, qu’il ne commencera à faire qu’en 2019, puisqu’il purge pour le moment sa conditionnelle révoquée.
Il est aujourd’hui âgé de 46 ans. Le VIH l’a beaucoup affaibli, la santé en prison est une farce. Le condamner à 20 ans, c’est en réalité le condamner à mourir en prison. Nous ne pouvons l’accepter, on ne peut pas condamner un homme à mort pour vol. Philippe Lalouel n’est pas un récidiviste. C’est un homme qui a passé toute sa vie en prison, c’est un prisonnier longue peine, c’est un prisonnier malade. Plus de prison encore ne peut pas être la solution.
Philippe a fait appel de sa condamnation. Son nouveau procès aura lieu les 30 et 31 janvier 2014 à Montauban.




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.