Avortement, au secours Franco revient #fdl 06.01.2014

lundi 6 janvier 2014 par Le soldat inconnu |

Sous le titre explicite de Loi organique de protection de la vie de l’embryon et des droits de la femmes enceintes nous assistons en Espagne à une véritable offensive contre le droit des femmes à disposer de leurs vies et de leurs corps. Entretien avec une membre du planning familiale de Toulouse sur les conséquences à venir de cette loi.

Télécharger (mp3 - 60.7 Mo) / Popup

« La femme est toujours la victime »

En novembre dernier une députée du parti populaire espagnole avait déclenché une polémique en ramenant des chiffres sur les différences du nombre d’avortement selon le niveau d’études. Le chiffre servait à pointer que les classes défavorisées seraient plus encline à l’avortement. Le raisonnement est alors le suivant : le peu d’étude représente l’ignorance donc les femmes des classes populaires sont un peu connes, et du coup, elle font pas gaffe et elles avortent n’importe quand n’importe comment… et c’est mal, c’est très mal… il faut les protéger ! La députée continuait : les femmes avortent obliger par peur de perdre leur emploi ou par manque de soutien de leur proche…
« La femme est toujours victime » semblait lui répondre le 20 décembre dernier le ministre de la justice. Il a répété deux fois cette petite phrase comme pour convaincre que c’est bien pour La femme et non contre les femmes que cette nouvelle loi est présentée. Mon œil… des fois je me demande si ceux qui veulent défendre la femme ne sont pas toujours contre les femmes… bref ce qui se passe de l’autre côté des Pyrénées semble être un peu plus qu’un retour en arrière…
Les faits :
Pour remplacer la loi de santé sexuelle de la reproduction et d’interruption volontaire de grossesse le gouvernement propose une nouvelle « Loi organique de protection de la vie de l’embryon et des droits de la femmes enceintes » « No cabe depender de la exclusiva voluntad de la mujer embarazada » Il n’est pas question de dépendre exclusivement de la volonté de la femme enceinte… Continue le bon ministre… C’est en quelque mot l’esprit de la loi qui d’une part reconnait des droits à l’avorton et d’autre part renvoie les femmes à un statut d’éternel victime et de mineur perpétuel.
Le projet de loi commence par affirmer que l’embryon est une personne à naître dont les droits comme personne sont protégé constitutionnellement. Le machin est d’ailleurs nommé le non né… A partir de quoi il devient impossible, à moins de commettre un meurtre de se débarrasser du produit d’un rapport sexuel sauf dans un tout petit nombre de cas…
Concrètement il va être très difficile d’avorter mais ce ne sera pas pour autant pénalisé pour les femmes. Et oui encore une fois dans leur grande miséricorde les gouvernants ont décidé de ne pas poursuivre pénalement les femmes qui se ferait passer le machin… Par contre gare à la personne qui réalisera le geste médical. 1 à 3 ans de prison et interdiction d’exercice…
Parlons délais…
- Dans les 22 semaines, soit 5 mois et demi, il sera possible d’avorter si et seulement si sont constatés, par deux médecin indépendant du centre pratiquant l’IVG, des risques patents pour la santé physique ou psychologique de la personne enceinte.
- Dans les 12 semaines soit 3 mois dans le cas d’une agression sexuel si et seulement si celle ci a été dénoncé en temps et en heure…
- Pour les mineurs de 16 à 18 ans et les personnes sous tutelle il faudra le consentement des parents et à défaut l’intervention d’un juge…

Mobilisation à Toulouse le 8 janvier 2014 à 12h devant le consulat d’Espagne, rue St Anne.




Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.