La Turbine

articles | fil d'infos | podcast

On va essayer de prendre le temps, un heure, en l’occurence, tous les mois, à priori, pour parler de ce que ça fait, dans nos vies, de travailler.
De comment s’organisent nos journées, nos semaines, nos années en fonction à partir du moment où l’on embauche.

Qu’on soit à sa recherche ou qu’on en ait un, un salarié, un précaire, un temporaire, un saisonnier,
Qu’on l’exerce en bleu, au black, à la chaîne, ceux qui l’effectue n’en reste pas moins sa force.
Ce qu’on y produit ne nous appartient pas, nous n’en récoltons pas les fruits, et grace à sa valeur, la sacro-sainte valeur travail, il est le support de l’exploitation de l’homme par l’homme. Enfin, surtout de certains !

Pourtant, en prêtant attention à ce qu’il s’y passe hier comme aujourd’hui, la travail c’est surtout une affaire de luttes, et de résistance.
On peut se demander alors, qu’est-ce qu’on peut gagner si on se bat pour en améliorer les conditions, ou, plus délivrant encore, pour son abolition ?